Don Camillo Montmirail

C’est en 1977 que nous avons tenté l’aventure, celle d’hommes et de femmes de confession protestante, désireux de vivre selon la tradition monastique (>histoire). Trente ans se sont écoulés depuis. Notre rêve est resté le même : celui d’une vie communautaire, au sein de laquelle une part de la bonne nouvelle de Jésus Christ se concrétise. En effet, nous essayons de vivre ensemble notre foi, nos prières et nos fêtes. Nous élaborons et assumons ensemble les bases économiques de notre vie communautaire et nous partageons nos revenus afin de rompre le lien entre profession et salaire. Ensemble, nous cherchons des moyens pour parler de la foi à d’autres et pour leur donner la possibilité de partager avec nous un bout de notre chemin communautaire. Ce qui en découle n’est pas une œuvre gigantesque ou un grand mouvement.
Nous voulons nous porter et nous supporter les uns les autres. Nous désirons que chacun, personnellement, puisse s’accepter et puisse faire confiance à ce Dieu qui accueille sans réserve tout homme avec ses limites et ses manquements. C’est pourquoi nous ne voulons pas désespérer de l’autre, mais refaire sans cesse un pas à sa rencontre.
Nous sommes toujours encore en vie, même si au fil des ans, nous y avons tous laissé des plumes ! En effet, nous avons dû reconsidérer et réadapter les règlements que nous nous étions donnés au départ (>charte). Ce geste fut parfois libérateur, mais souvent aussi l’écho de nos désillusions.
Avec les années, une communauté de vie a pris forme qui s’exerce à supporter les différences et à prendre en compte la diversité des membres, en cherchant sans cesse à établir des liens et à construire des ponts entre eux. Rechercher la relation est devenue la tâche principale de Don Camillo à Montmirail. Nous accueillons, en effet, des chrétiens de tous horizons, et cherchons le dialogue.
Nous voulons d’abord nous mettre à l’écoute de ceux qui sont éloignés de la foi. Nous souhaitons offrir aux couples un espace pour se retrouver. Nous accueillons des familles pour des vacances que nous voulons bienfaisantes. Nous accompagnons des personnes individuelles sur le chemin de la découverte de Dieu et d’elles-mêmes. Avec les groupes, nous faisons un bout de chemin qui rétablit le  dialogue et mène parfois à une réconciliation.
La communauté est composée de 25 adultes : il y a des familles, des couples et trois femmes célibataires. Nos enfants ne sont pas membres de la communauté, parce qu’à leur tour ils doivent trouver leur propre voie. En tant que communauté, nous faisons partie des Eglises réformées des cantons de Neuchâtel et de Bâle.

Après 15 ans de vie communautaire, nous avons essayé, pour la première fois, de définir par écrit ce qui caractérise notre communauté. Cette «  charte » est composée des mots -clé qui décrivent le mieux pourquoi nous avons choisi ce mode de vie et en quoi il consiste. Nous n’avons pas intitulé ce document « la règle » parce que nous pensons que ce mot est d’un trop grand poids. Le terme de« Charte », nous paraissait plus adapté, s’agissant non pas d’un document exhaustif et parfait, mais d’un faisceau de lignes directrices, que nous retravaillons régulièrement. Ce que nous avons décidé d’un commun accord, nous l’appelons « règles du jeu » que nous pouvons réadapter en fonction du contexte dans lequel nous vivons.

Vous pouvez nous demander ce texte, si vous le souhaitez. Nous ne considérons pas qu’on puisse le citer sans préalable, mais nous en discuterons très volontiers avec vous. Appelez-nous au (032 756 90 00)